MoMALe colloque « Art Institutions and Feminist Politics Now » prévu ce vendredi 21 mai 2010 au MoMA s’inscrit dans la continuité de démarches institutionnelles communes visant à attribuer une reconnaissance sans précédent aux artistes femmes, en réenvisageant leur place au sein des parcours muséaux. La cristallisation puis l’expansion des expositions féministes a pris un essor considérable depuis l’impact novateur des expositions « Kiss Kiss Bang Bang, 45 años de arte y feminismo » (qui avait lieu au musée des Beaux-arts de Bilbao, du 11 juin au 9 septembre 2007) précédée quelques mois plus tôt par l’exposition « Wack ! Art and the Feminist Revolution », organisée par Connie Butler au Museum of Contemporary Art de Los Angeles et au NMWA (National Museum of Women in the Arts) de Washington, ainsi que l’exposition « Global Feminisms », conçue par Linda Nochlin et Maura Reilly au Brocklyn Museum, aboutissant à l’ouverture inédite du Elizabeth A. Sackler Center for Feminist Art. Connie Butler, une des principales instigatrices de l’événement qui aura lieu ce vendredi, (conservateur en chef du département d’art graphique à la fondation Robert Lehman), réaffirme les enjeux soulevés par ces partis pris institutionnels radicaux: « En organisant ce colloque, nous apportons nos voix de concert pour rappeler le besoin urgent qu’ont les musées, de négocier de nouveaux modèles d’art et d’activisme »[1].

En 2007 déjà, avait eu lieu au MoMA l’exposition : « Documenter un passé féministe », soulignant l’importance accordée aux traces, à la mémoire de l’histoire de ces femmes toutes juste sorties de l’ombre, agrémentée d’un colloque international interdisciplinaire : « The Feminism Future : Theory and Practice in the Visual arts ». Ce colloque abordait le rôle désormais incontournable des femmes dans les collections et la pratique artistique, à travers des intervenantes de renommée mondiale, véritables figures tutélaires des milieux intellectuels et artistiques : Lucy R. Lippard (écrivain et militante), Connie Butler, Marina Abramović, Martha Rosler, les Guérilla Girls…

C’est de nouveau Connie Butler qui animera le colloque de ce vendredi. Quatre temps forts martèleront la journée : la séance du matin abordera différents angles en rapport aux collections et expositions actuelles et passées, sous la direction de Connie Butler et Yvet Curlin. L’après midi sera consacrée à la « pédagogie et l’activisme », dirigée par Huey Copeland, professeur adjoint au Département d’histoire de l’art à l’université Northwestern et Alexandra Schwartz, conservateur au MoMA. S’en suivront des interventions de deux artistes phares : Sonia Khurana et Tania Bruguera.

Ces deux artistes tiennent une place de choix dans l’accrochage « elles@centrepompidou » car, toutes deux réunies au sein de la section « corps slogan », elles mettent en scène leur propre corps tout en le défiant, et, en quelques sortes, en défiant les codes de la représentation du corps féminin. Dans Bird, l’artiste indienne Sonia Khurana semble imiter, nue, les mouvements d’ailes d’un volatile. Cependant, le corps imposant de l’artiste, tourmenté par un équilibre instable, est inévitablement happé vers le sol, par effet d’attraction et de pesanteur. L’œuvre de l’artiste Tania Bruguera présentée dans l’accrochage de « elles » jusqu’en avril dernier, Pais mio, tan joven, no sabes definir (extrait #5 de la série « la isla en peso ») est une performance filmée dans laquelle l’artiste d’origine cubaine confronte son corps à un mouvement de capture saisissant. Entre résistance corporelle et épuisement, l’artiste réinterprète un poème de Virgilio Pinera, abordant le sentiment carcéral qu’évoque l’insularité, n’offrant aucune échappatoire possible. Le visage se heurte à une défiguration poussée voulue, presque insoutenable à la vue. Le rythme plastique introduit par le ralenti et l’utilisation du gros plan amorce un nœud de tensions persistantes auquel le regard ne peut se dérober. La bouche crispante et malmenée n’est plus ici vectrice de paroles, elle libère les réminiscences englouties de l’assise poétique.

Le colloque permettra enfin de promouvoir la publication d’un catalogue lui aussi très attendu, élaboré sous la direction de Connie Butler et Alexandra Schwartz : Modern Women : Women Artists at the Museum of Modern Art, collection du MoMA.

Pour plus d’informations :

http://www.moma.org/visit/calendar/events/8587

  Milena Paez


 

[1] Artdaily.org  source

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un commentaire

  1. foninamzaj dit :

    Une artiste contemporaine qui pourrait peut être faire avancer le débat par son expression artistique : http://www.elitiunine.com

Ajouter un commentaire

Ce blog respecte la charte Nethique

Recopiez le code visible à droite
dans cette case: