MOT-CLEF :   conference

“L’Iran dévoilé par ses artistes” est la conférence évènement à laquelle vous conviait le Centre Georges Pompidou vendredi 7 mai. Cette conférence exceptionnelle organisée en collaboration avec la revue “art press”, – un numéro spécial sur l’Iran est disponible dans les kiosques – réunissait un certains nombre de critiques d’art et de commissaires pour nous initier à la nouvelle vague d’artistes iraniens qui déferlent sur la scène artistique mondiale. Après les artistes chinois et indiens voici venu le temps des artistes iraniens, nourrissant ainsi un marché de l’art qui a besoin de nouveauté pour s’entretenir. L’art Iranien ne serait donc qu’une affaire de mode parmi d’autres. Rien n’est moins sûr. C’est en tout cas ce qu’ont tenté de prouver l’éditeur d’art Mahmoud Bahmanpour, les critiques d’art Alireza Samiazar et Rose Issa, l’artiste Neda Razavipour et le cinéaste Abbas Kiarostami. Accompagnée de l’historienne de l’art Catherine Millet, ces derniers se sont évertués à témoigner de la poésie et de la créativité d’une génération d’artistes devenue experte dans la production d’œuvres équivoques à l’ironie grinçante. Puisant dans l’expérience personnelle et dans la vie quotidienne, les artistes iraniens tirent le portrait d’une société en proie à un nombre considérable de paradoxes et de tabous, mais dont le désir « d’exister » et d’avenir est plus que vivace. Paradoxalement, les artistes femmes sont au premier plan de cette scène artistique pleine de surprises et bien représentée dans l’accrochage « elles » avec les œuvres de Shadi Ghadirian, Shirin Neshat, Sara Rahbar ou encore Ghazel.

L’exposition elles@centrepompidou s’exporte dans les régions! Jeudi 18 mars, Camille Morineau, commissaire de l’exposition elles@centrepompidou se déplace au Musée des Beaux-Arts de Nantes afin de présenter la collection du Centre Pompidou sous toutes ses dimensions. Cette première conférence inaugure une série de manifestations permettant de faire connaître elles@centrepompidou dans toute la France.