MOT-CLEF :   litterature

Les 5 et 6 février 2010 aura lieu au centre Pompidou, organisé en partenariat avec la Bibliothèque Publique d’Information et le Musée National d’Art Moderne, le colloque “Les Normes de genre dans la création contemporaine : reproduction/déconstruction”.

Voici le programme de ces deux journées, à l’occasion desquelles seront présentes, parmi les artistes de l’accrochage, Orlan et les Guerilla Girls.

“Les normes de genre dans la création contemporaine : reproduction/déconstruction”, Centre Pompidou, Petite Salle (niveau -1) entrée rue Saint-Martin (piazza).
Vendredi 5 14h-20h15, Samedi 6 14h-20h30.
Entrée libre dans la limite des places disponibles.

A l’occasion de l’accrochage elles@centrepompidou et du cycle des lectures au musée associées, Michelle Perrot viendra le jeudi 14 janvier lire quelques passages du livre qu’elle vient de publier : “Histoires de Chambres” (2009).
Professeur émérite de l’Université Denis Diderot-Paris 7, Michelle Perrot entame sa carrière à la Sorbonne avant de rejoindre l’Université Paris 7 au début des années 1970. Sous l’impulsion des mouvements féministes, elle s’ intéresse à l’histoire sociale des femmes et co-fonde en 1974 le Groupe d’Etudes féministe. Elle co-dirige ensuite avec Georges Duby la première grande synthèse que sont les cinq volumes de “L’Histoire des Femmes en Occident, de l’Antiquité à nos jours” (Plon, 1991-1992).qui aura pour suite “Mon histoire des femmes” (Seuil, 2006). Elle a également publié un ensemble d’articles dans “Les femmes ou les silences de l’histoire”, Flammarion, 1998. Elle est membre du comité de parrainage de la Coordination française pour la Décennie de la culture de paix et de non-violence.

Le lecture de passages de “Histoires de chambres” aura lieu le jeudi 14 janvier 2010 à 19h30, au niveau 4 du Centre Pompidou, dans la section « une chambre à soi ».

21 NOVEMBRE 2009, 17h00, Galerie sud, entrée libre.
Danielle Mémoire, “Façon Early-Messager” dans le cadre du festival Rosebud.
Projection d’une vidéo réalisée par Elizabeth Lennard, et lecture à quatre voix par Danielle Mémoire, Marianne Alphant, Jean-Pierre Criqui et Michel Gauthier.

Rongée par un souci de perfection, Danielle Mémoire a repoussé son ambition d’un livre unique… s’appliquant à la rédaction d’une œuvre qui s’articule autour de son Corpus, elle met en scène des personnages qui se donnent à lire dans la complexité de leurs démarches répétitives.

Quelques éléments pour aborder son écriture avant la rencontre.

JEUDI 8 OCTOBRE 19h30 - Musée - Tarifs : 4,50 €, TR 3,50 €
Lectures au Musée - Christine Angot

A propos d’art & de féminisme dans les années 70

«Encore tout émerveillées d’avoir reçu la permission d’explorer ce monde, elles en font l’inventaire sans chercher à en découvrir le sens.»
Simone de Beauvoir, 1949

Le féminisme des années 70 a définitivement court-circuité ce programme du «retard» des femmes, de leur «infériorité» dans les différents champs du social, en produisant une critique radicale du sexisme des savoirs et des pratiques et surtout en affirmant l’universalité de la vision singulière des femmes. Pour prendre la mesure de la révolution féministe, il suffit de penser au passage assez brutal de l’émerveillement décrit par Simone de Beauvoir à la colère qui porte les femmes à faire surgir leur univers propre dans le monde (des hommes). Les artistes ne débarquent plus sur une autre planète, elles plongent, cette fois, dans le territoire privé de leur vécu et l’explorent sur la place publique.

Florence Delay

Lundi 29 juin / 19h30
Dans le cadre de “Lectures au musée”
Niveau 4 / Salle 24
Florence Delay est écrivain, comédienne, traductrice et scénariste. Elle fera sa lecture dans la salle “abstraction” de l’accrochage elles@centrepompidou

« Mais tous les anciens genres littéraires s’étaient durci et avaient pris une forme définie avant que la femme devint écrivain. Seul le roman était assez jeune pour être malléable entre ses mains - autre raison peut-être qui lui fit écrire des romans », répond Virginia Woolf, sous forme de livre (Une chambre à soi, 1929), à une question posée sur « les femmes et le roman » en 1929.