MOT-CLEF :   revue-de-presse

A l’occasion d’une rencontre avec le réalisateur de La Domination Masculine, Patric Jean, ce dernier revient sur ses motivations politiques et personnelles, sur son choix de tourner en France, au Québec et en Belgique de partir des symboles de la domination masculine véhiculée avec subtilité par les jouets, les livres pour enfants, si bien que nous ne nous en rendons plus compte, pour arriver aux actes de cette domination et ses dérives avec le massacre de l’Ecole Plythecnique de Montréal (6 décembre 1989) qui constitue le premier attentat ouvertement antiféministe. Ce riche entretien approfondi certains points abordés par le documentaire et plus que tout permet d’en saisir les enjeux politiques…

Louise Bourgeois (1911)

Née à Paris, Louise Bourgeois vit et travaille aux Etats-Unis depuis 1938. Sculpteur, elle garde néanmoins son attachement à l’image, peinte, gravée ou dessinée, par laquelle elle a commencé. Le dessin, qu’elle pratique constamment, est pour elle une sorte de carnet intime où elle note ses idées visuelles. La Femme-maison, la polarité du masculin-féminin sont des constantes de son œuvre, marquée aussi par la thématique de l’absence et de la disparition.

Reconnue tardivement sur la scène de l’art, Louise Bourgeois se consacre, dans les années 90 - elle a alors 80 ans - , à la réalisation de chambres magiques, les Cells, dans lesquelles elle rassemble des objets qui lui sont très proches et qu’elle investit d’une charge émotionnelle très forte. Les Cells sont des lieux où elle déroule la trame de ses souvenirs et de ses affects. En effet, l’émotion est au cœur de son approche du monde.

L’accrochage elles@centrepompidou a fait l’objet d’un reportage ce samedi 31 octobre sur Arte, dans l’émission métropolis.

Le blog vous annonce les dates de rediffusion ainsi que le lien pour visionner le reportage pendant encore quelques jours.

Le blog de l’accrochage elles@centrepompidou est géré par un comité composé de :
Camille MORINEAU,
Nathalie ERNOULT (nathalie.ernoult@centrepompidou.fr)
Sophie Ben Saïd (sophie.bensaid@centrepompidou.fr)
Claire Bickert (claire.bickert@centrepompidou.fr)
Milena Paez (milena.paez@centrepompidou.fr)
Pour toute information concernant le blog, l’actualité de l’accrochage et des événements associés à l’accrochage elles@centrepompidou, vous pouvez nous joindre par courriel.
Pour toute contribution au blog, contactez-nous par courriel. Les contributions doivent correspondre [...]

JEUDI 5 NOVEMBRE 2009, à 20h00, Cinéma 2, centre Pompidou.

Soirée autour d’Anna Halprin, en présence de Jacqueline Caux composée d’une première diffusion française d’extraits de “Parades and Changes” et du portrait par Jacqueline Caux intitulé “WHO SAYS I HAVE TO DANCE IN A THEATER - ANNA HALPRIN”.

Comment classer cette chorégraphe exceptionnelle qui, actuellement encore, cherche à pratiquer son art dans une volonté avouée de le rendre util ? Fuyant l’effet de sclérose que peut entraîner la constitution en mouvement d’artistes pratiquant pourtant des ruptures qu’elle reconnait, Anna Halprin cherchera toute sa vie à renouveler, renforcer et faire aimer la danse.

Chorégraphe, Doris Uhlich vit et travaille à Vienne. Découverte aux Subsistances à Lyon, elle joue pour la première fois sa pièce “Plus qu’il n’en faut” à Paris dans le cadre du Nouveau Festival du Centre Pompidou. Nous vous invitons ce samedi 31 octobre à venir découvrir cette pièce aux allures de cabinet de curiosités documentaires, qui n’est pas sans rappeler l’oeuvre du cinéaste Ulrich Seidl (Dog Days).
Entrée Libre, 31 octobre 19h Espace 315

Véra Molnar est d’origine hongroise, mais elle vit à Paris depuis 1947. Elle est donc française et peintre abstraite, de la tendance qui appartient à l’art constructif, dans son acception la plus conséquente, la plus radicale qui soit : celle de l’art systématique dans lequel elle est engagée depuis 1950. Elle a participé à tout les débats qui ont animé la naissance de l’art cinétique et permis la création de La Nouvelle Tendance et est devenue à partir de 1968 l’une des pionnières de l’utilisation de l’ordinateur dans la création artistique. Son art, conduit de façon expérimentale, porte sur la forme, sa transformation, son déplacement, sa perception. Son travail s’accompagne d’une intense réflexion théorique sur les moyens de la création et les mécanismes de la vision. Il a son origine chez Mondrian, Malévitch et les Concrets zurichois et trouve de nombreuses correspondances dans tous les travaux conduits en rapport avec les sciences exactes et les mathématiques en particulier.

A la faveur d’une visite avec se classe de 3ème du collège Jacques Offenbach de Saint-Mandé, Catherine Grabowski, professeur agrégée d’arts plastiques nous fait part des réactions de ses élèves.

Les témoignages de jeunes élèves, d’étudiants ou de novices ont toujours ceci d’intéressant qu’ils nous renvoient aux a priori de la société dans laquelle nous vivons et parfois nous permettent de poser un nouveau regard sur les oeuvres.

A la veille de la performance d’Andrea FRASER dans le cadre du nouveau festival au centre Pompidou, profitons de sa vidéo, visible dans l’allée centrale du 4eme étage du musée (salle “Feu à volonté”).

Performance d’Andrea FRASER, VENDREDI 23 OCTOBRE 2009, dans le cadre du Nouveau Festival : 19h, galerie sud, centre Pompidou.
Entrée libre, dans la limite des places disponibles.

Conférence d’Andrea FRASER, LUNDI 26 OCTOBRE 2009, dans le cadre de “Vidéo et après” : 19h, cinéma 1, centre Pompidou.

Artiste de la “critique performative”, Andrea Fraser met à l’oeuvre une déconstruction du monde de l’art et des institutions muséales…